www.Secours112.net - Services de Secours Belges
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment :
Cartes Pokémon – coffret ETB Astres ...
Voir le deal

Bruxelles : garde de nuit (tranche de vie Pompiers) (071214)

Aller en bas

Bruxelles : garde de nuit (tranche de vie Pompiers) (071214) Empty Bruxelles : garde de nuit (tranche de vie Pompiers) (071214)

Message par OlPy Dim 7 Déc 2014 - 5:24

Bruxelles : garde de nuit (tranche de vie Pompiers) (071214)

cher lecteur, voici un episode qui s'est tout à coup présenté à mon regard, parmi tant d'autres auquels je n'ai pas assisté ou bien je n'assisterai pas.

Il etait environ 2h30.
Un Couple habitant le dernier etage d'un immeuble a appartements Rez + 3 à l'architecture typique du bati plus ancien des quartiers densément peuplés de Bruxelles senti une odeur de brulé.
Il appella le 112 et decrivit cette perception.

une Autopompe du Poste Avancé protegeant le secteur d'ou emanait l'appel sorti de son garage, armée de 5 hommes.

Comme il y avait suspicion d'une combustion, 4 hommes s'equiperent de leur ARI tandis que le Chauffeur mènait l'engin sur place.

Le hasard le plus complet a fait que je passai dans cette rue juste apres l'arrivée de l'Autopompe, qui stationna devant l'immeuble suivant. (secours Pompiers deja engages : la derniere fois pour moi fut une Desincar fin 2010...)

4 hommes sous ARI venaient de penetrer par l'entree du rdch et de monter par la cage d'escalier tandis que le Chauffeur
etait encore au volant de son AP.

"aucun signe exterieur" avait du dire le Chef de Depart juste avant que je ne le pensai.

Au dernier etage de l'immeuble il y avait de la lumiere derriere toutes les fenetres.

Un des quatres Pompiers entrés redescendit torche à la main, avisa le Chauffeur derriere son volant, et l'aida ensuite a prestement derouler, sortir puis amener a un deuxieme Pompier encore a l'interieur le tuyau de premiere intervention, la lance sur devidoir tournant interne a la carrosserie et proche du corps de pompe, souvent appelée "haute pression" ou encore "mitraillette" par les plus Anciens.
Des dires de certains , la lance actuelle n'est plus une Mitraillette mais ce n'est pas cette nuit que j'aurai une reponse definitive donc j'utiliserai ce terme peut etre imprecis ou inexact par nostalgie en attendant mieux en terme de rigueur de mon reportage.

Le Chauffeur se posta a l'arriere de son camion, devant le corps de pompe, une radio portative a la main, deja calée sur une fréquence dédiée à l'intervention. (je dois sans doute dire calée sur un groupe plutot qu'une fréquence puisque cette fréquence semble choisie par un ordinateur parmi plusieurs fréquences possibles et changer a une cadence assez rapide, pour le peu que je crois en avoir un jour appris les yeux et les oreilles vissées sur un Utilisateur chevronné et accrédité qui s'amusait encore et toujours comme il l'avait toujours fait auparavant en VHF.)

La "mitraillette" se deroulait encore un peu hors de son devidoir tournant lorsque reapparu le Chef de Depart torche a la main toujours, qui demanda et obtint un impressionnant pied de biche.

Il remonta tout aussi rapidement la cage d'escalier dont le bas etait visible par l'ouvrant.

Durant cet intervalle , les trois autres Sapeurs avaient continué à faire avancer la mission puisque toutes les ampoules électriques etaient desormais eteintes, qu'un couple grelottait en pyjama pas loin de moi avec une cage en plastique a la main et un chat dans les bras.

On entendit des coup sourds donnés dans la bâtisse tandis qu'ecoutant sa radio, le Chauffeur de la pompe augmentait un peu le régime de son moteur.

Reapparu le Chef de Depart suivi d'un Pompier (deux se trouvaient toujours a l'interieur) , sous ARI et torches allumées, ils se dirigerent a nouveau vers le Chauffeur qui leva le magasin à échelles situé sur le toit de la Pompe au moyen d'une assistance motorisée tandis que le Sapeur montait deja une petite echelle faisant partie de la carrosserie pour passer promptement 2 elements d'échelle metallique standard a emboitement.

Rapidement les deux Hommes assemblerent puis dresserent les 2 elements contre la facade , prenant appui sur la tablette de la fenetre du milieu.

Simultanement, le Chauffeur deboita un capuchon et permis a un peu d'eau de s'ecouler d'un de ses refoulements non utilises vers l'asphalte de la chaussée.

Le deuxieme Sapeur accompagnant le Chef etait retourné a l'interieur tandis que le Chef escaladait l'echelle avec un assist de son Chauffeur pour ne pas verser a gauche ni a droite.

Rapidemment et sans outil,le Chef ouvrit un des battants de la fenetre et penetra au 1e etage.

Aucune fumée ni odeur ne parvint jusqu'a moi ni dans mon champ de vision, d'olfaction.

La mitrailette etait toujours a l'interieur via la porte d'entree puis la cage d'escalier et le Chef ne reapparaissait pas
par contre il fut rapidemment suivi par un deuxieme pompier sous ARI qui une fois sorti de la batisse par l'ouvrant du rez de chaussée emprunta a son tour l'echelle et penetra a la suite de son Superieur.

Un troisieme Sapeur se presenta au Chauffeur resté entre sa pompe et le pied de l'échelle à emboitement.

Le chauffeur sursauta, couru le long de son vehicule, en extraya un sac plastifié bleu strippé de jaune fluo comme les chasubles bien connues, revint en courant devant sa pompe, posa le sac a ses pieds, l’ouvrit et en sorti une grande compresse blanche qu'il impregna genereusement d'isobetadine.

il l'appliqua ensuite dans la main droite du 3e Sapeur qui la referma sur la compresse.

Pendant ce temps, un ballet de lampes torches se poursuivait a l'interieur du 1e etge tandis que le Chauffeur avait empoigné le micro d'une radio fixée à l'intérieur de la carrosserie, pres des commandes de son corps de pompe.

Le Pompier blessé à la main droite se trouvait debout presque au pied de l'echelle appuyée sur la base de l'ouvrant du 1e etage.

Il aida malgré sa main droite refermée sur une compresse le premier des deux Pompiers qui etaient rentrés par cet abord a descendre : c'etait le Chef.

Le Chauffeur parlait encore dans la radio fixe du vehicule puis tendit un GSM allumé au Chef qui s'éloigna en parlant dedans.

Un deuxieme Pompier entrepris de descendre de l'echelle a emboitement (2 elements) mais fut surpris parce que son echelle n'etait plus stable.
C'est le Chauffeur de la Pompe qui fit le necessaire pour la restabiliser et la maintenir, alors que m'inspirant de ce que j'avais vu il y a peu sur une scene d'exercice de sauvetage, j'avais deja armé les ressorts de mes jambes pour prendre position à l'échelle en deux bonds.
Ce ne fut point necessaire. je gardai un air détaché.

Le Chef commenca a se rapprocher du couple en pyjama qui attendait toujours pres de moi avec son chat.
Je tendis l'oreille :
Je n'entendis pas distinctement tout parce que le moteur de la pompe tournait encore mais je compris a peu pres ce que je n'avais pas vu :

Les Pompiers dans la cage d'escalier avaient confirmé d'emblée l'odeur de combustion.
Ils avaient évacué le couple + le chat du 3e etage tandis que leurs Collegues essayaient d'ouvrir la porte de l'appartement du 1e etage.
mais il ne parvinrent qu'a y pratiquer un orifice de taille suffisante pour passer la mitraillette et attaquer.

Attaquer quoi ?

Un certain nombre de bougies qui s'etaient consumées sur un tapis qui avait beaucoup fumé
en l'absence de l'Occupant des lieux qui va certainement être accueilli avec tous les honneurs du a son utilisation de ce materiel d'eclairage certes insensible au delestage, mais...

Tandis qu'un petit peu d'eau apportée depuis la Pompe via la Mitraillette venait de suffire a rendre l'ensemble de la combustion residuelle dans cette atmosphere longtemps confinée inactive, d'autres Sapeurs avaient pénétré par la fenetre avant et toutes les verifications indispensables avaient ete effectuees sous ARI, a la puissante torche, en 3D et à 360°

je suis alors rentré en me disant :

1) ces 5 Hommes viennent de bosser 30 minutes en pleine nuit pour sauver 3 vies des consequences des negligences d'un Distrait qui avait quitté les lieux.

2) l'ouverture de porte n'a pas été simple , avec 3 outils :
- une sorte de grosse griffe multifonctionnelle ;
- une sorte de masse ;
- un pied de biche ;

bilan : - un orifice d'attaque insuffisant pour penetrer mais suffisant pour amener de l'eau ;
- une main legerement (?) blessée ;

3) les Occupants du 3e ont eu le nez fin et le reflexe approprié rapide ;

4) j'aime mon détecteur et ceux de mes voisins !

merci a vous, Hommes du Feu, et bonne fin de nuit.





OlPy
OlPy

Nombre de messages : 1106
Date d'inscription : 07/09/2006

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum